JPEG - 12.4 ko
Temps Fort BD – Atelier Yas

Yas Munasinghe, un habitué des lieux…
Découvrez l’univers fascinant de l’illustration au cours d’un stage de 8 heures pendant lequel vous mettrez en image les textes de Paul Wamo et Emmanuel Campo !

(Pour plus d’informations, rendez-vous ici : On est là).

- Propos de l’auteur -

« Le regard s’éduque au même titre que l’esprit. Il est courant de parler d’ouverture d’esprit. Il faudrait aussi parler d’ouverture du regard. Pour y parvenir, il faut donner de la matière à penser (pas seulement par l’intellect mais aussi par la sensation) au monde qui nous entoure. Aux images qui nous entourent. Et il y en a beaucoup !

La culture en dit long sur notre manière d’appréhender l’image. Mais pas seulement. La technique, le médium et le savoir-faire y contribuent aussi. Ainsi, la même œuvre cinématographique sera vue de différentes façons selon qu’on soit spectateur profane, technicien du cinéma ou éducateur. Il peut être intéressant de se documenter sur « ce qui a été » et « ce qui est » pour comprendre une œuvre. Il est entendu que notre sensibilité soit notre affaire. Mais, une œuvre n’est jamais fortuite. Elle a ses codes, son contexte, son but… Les connaître, ce n’est pas la privation de l’appropriation subjective et individuelle mais l’exploitation maximale de sa potentialité.

Illustrer, c’est communiquer !

Ce qui diffère l’illustration graphique de l’Art avec un grand A, toute en restant dans la même famille, est sa vocation à communiquer un message précis. Sa fonctionnalité lui confère un statut plus restrictif. C’est une représentation visuelle qui illustre, amplifie, caricature, prolonge, décrie une idée. En ce sens, en simplifiant l’idée, nous pouvons dire que l’illustration s’oppose à l’abstraction. Souvent, elle est la passerelle entre une idée et un lectorat. Une illustration est le fruit d’une réflexion en amont, et rarement une improvisation.

Nous pouvons aisément remonter jusqu’à la préhistoire pour trouver les racines de l’illustration. Les dessins des animaux dans les grottes peuvent être interprétés comme un exercice illustratif – L’homme préhistorique n’illustrait-il pas la chasse ? – quant à leurs buts, nous ne pouvons le dire qu’avec incertitude. En réalité, je pense que nous trouverons dans chaque ère de la civilisation des traces de l’illustration : des tableaux de la renaissance illustrant des scènes bibliques jusqu’à l’apparition de l’imprimerie (avec la culture de l’affiche) et internet. Nous pouvons aussi noter que certaines cultures ont banni la représentation figurative pour des questions religieuses. Et d’autres l’ont utilisée à des fins guerrières à travers la propagande politique. La puissance des images ne devrait jamais être négligée.

L’efficacité d’une illustration ne réside pas dans sa qualité esthétique (bien dessinée) mais dans sa capacité à parler et sa sollicitude à un imaginaire collectif convenu : un dessin de presse politique français n’est pas compris (et encore moins risible) par un lecteur japonais ignorant la culture et les moeurs françaises. Aussi, l’illustrateur a la lourde tâche de se soucier de son lectorat tout en maniant les notions de graphisme. Il doit avoir une connaissance du public visé.

L’illustration s’exerce dans une grande variété de domaine : le secteur d’édition et presse, l’imagerie documentaire et technique, la publicité, la signalétique, etc. »


IAKA | Contact | | Plan du site | 71210 Torcy | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Torcy suivez-nous-sur-facebook