JPEG - 12.4 ko
Les Médusés de Gorgopolitis

Petit retour sur résidence : Des instants de vie

Pendant plusieurs semaines, la ville de Torcy m’a permis de vivre la première étape de mon projet nommé « Les Médusés de Gorgopolitis ». Dans l’enceinte chaleureuse du C2, nous avons parlé de beaucoup de choses avec chaque participant des ateliers.

Partant de cette question : Qu’est ce qui nous méduse aujourd’hui ? Quelle est la chose que nous ne voulons ou ne pouvons pas regarder en face sans que cela ne nous transforme en pierre ? ou si l’on veut voir la question sous un autre angle : Quelle est la chose qui nous laisse le plus « sans voix » ?

Nous avons parlé de l’argent et de son impuissance à faire pousser la vie si un jour la terre devenait stérile. Nous avons parlé de la manipulation, des manipulations, religieuses ou politiques et de nos impuissances à couper nos fils. Nous avons évoqué les phénomènes de société tel que la surconsommation, l’omniprésence de l’image à travers les écrans et l’évolution de l’homme de demain, branché ou en wifi !

Nous avons discuté de la fusion trop pesante parfois entre une mère et ses enfants et nous nous sommes émus devant l’amour tabou d’un jeune couple de personnes en situation de handicap. Nous nous sommes emplâtrés main dans la main, enchevêtrés, touchés, nous avons pleuré de joie et de tristesse lors des nombreuses séances de moulage, fier de repousser nos limites, nos appréhensions face à notre propre image.

Nous avons bien sûr parlé de la mort, de cette grande faucheuse universelle que l’on détourne des regards pour mieux vendre le bonheur.

De tous les sujets abordés, nous avons rencontré à plusieurs reprise un écueil :
Ne peut-on être pétrifié que par des choses négatives ? Et bien pour répondre à cela, j’ai souvent rétorqué qu’une chose n’est jamais totalement négative ni totalement positive. Et au final, quand bien même, les sujets abordés dans ces ateliers ne paraissaient pas positif de prime abord, je me disais que c’est en les abordant et par conséquent en libérant une parole autour du sujet que nous pouvions créer un acte positif. N’est-ce pas là l’une des raisons principale d’être de la liberté d’expression.

En tout cas, quoiqu’il en soit, nous avons partagé de bons moments et refait le monde une fois de plus et ça c’est positif. Ainsi, je me dis que chaque Médusé de Gorgopolitis qui sortira de cet atelier dans les mois à venir sera le symbole d’une époque, la nôtre, très paradoxale comme le Médusé 1.2 de Gorgopolitis, cette fresque fraîchement accrochée dans la galerie du C2, qui rappelle à la fois le tristement célèbre radeau de la méduse et s’impose en même temps comme un hommage au courage des solidaires : une personne qui en soutien mille au péril de sa vie.

Je vous encourage à venir voir les deux premiers médusés exposés actuellement au C2, dans l’attente d’une nouvelle découverte.

  • Médusé 1.1 : l’empêtré
  • Médusé 1.2 : les suspendus

Cédric Touzé
Porteur du projet « Les Médusés de Gorgopolitis »
©Photo : Joss


IAKA | Contact | | Plan du site | 71210 Torcy | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Torcy suivez-nous-sur-facebook